LE FESTIVAL DU LIVRE NICE

Romain SARDOU

Temps de lecture : 2 minutes

BIOGRAPHIE

Romain Sardou est né le 6 janvier 1974, à Boulogne-Billancourt.

Issu d’une longue lignée d’artistes, chanteurs, comédiens, écrivains, il se passionne très jeune pour l’opéra — il n’a que dix ans lorsque naît sa fascination pour Wagner. Cet amour très précoce le conduit à la découverte du théâtre, puis à celle de la littérature. L’engouement pour la lecture prend rapidement le pas sur la musique. Il grandit parmi les œuvres et les vies des grands auteurs qu’il affectionne. Cette passion est quasi exclusive et ne le quitte plus.

Il abandonne le lycée en début de première avec la ferme intention de devenir auteur dramatique. Il s’inscrit à un cours de théâtre –qu’il suit pendant trois ans – afin de mieux saisir la mécanique des textes de scène et de cerner le métier des comédiens. Il poursuit en parallèle de nombreux « exercices d’écriture », tous tournés vers le théâtre. Insatisfait, il s’installe à la campagne durant quatre ans pendant lesquels il complète sa bibliothèque et dévore les historiens.

Il part ensuite travailler deux ans à Los Angeles, où il écrit des scénarii pour enfants. Puis il rentre en France, où il se marie et se lance dans l’écriture de son premier roman, Pardonnez nos offenses, qui connaît un très grand succès avec plus de 280 000 exemplaires vendus en France et une parution dans vingt pays étrangers. Deux ans après, L’Éclat de Dieu, ambitieux roman autour du Temps, rencontre lui aussi un très large public.
En 2006, avec Personne n’y échappera, Romain Sardou se lance dans le thriller contemporain. Son public est séduit, et le livre culmine en tête des ventes. Il renoue ensuite avec le thriller médiéval, publiant en 2008 Délivrez-nous du mal dans la lignée de son premier grand succès, Pardonnez nos offenses.

DERNIER OUVRAGE PARU

Le Moyen Âge pâtit depuis toujours d’une image volontairement dégradée par les grands historiens du passé. Pourtant, ce millénaire, loin d’être sombre, barbare et stérile, est le lieu d’une création intellectuelle, artistique et sociétale trop largement ignorée. De l’art de la miniature à l’architecture gothique, de l’invention de l’amour-passion à celle du culte de la Vierge, les historiens récents ont rétabli beaucoup de vérités, mais les clichés « moyenâgeux » perdurent. Sur l’Église, sur l’An Mil, sur les femmes…Nous vivons une étrange époque où l’Histoire et la culture populaire ne s’accordent pas encore, où la vérité historique et son mensonge cohabitent toujours dans nos esprits…
En esquissant une histoire de l’« histoire du Moyen Âge », l’auteur pointe ce paradoxe en rétablissant l’état actuel de certaines de nos connaissances.
Dans l’esprit du « Petit Lavisse » qui servait aux instituteurs, Romain Sardou déclare ici sa passion pour ce Moyen Âge pluriel et fécond et nous le restitue comme un roman.

Source : XO – Crédit photo : DR