LE FESTIVAL DU LIVRE NICE

Pierre BROCCHI

Temps de lecture : 2 minutes

BIOGRAPHIE

Professeur d’EPS aujourd’hui à la retraite, Pierre Brocchi a enseigné dans le centre de la France (Nevers, Tours, Orléans), puis dans sa région d’origine, Nice et les environs. Depuis qu’il a raccroché les baskets, il écrit. Il a publié à ce jour cinq romans policiers et un recueil de nouvelles, ce dernier au profit des enfants malades d’un hôpital niçois. En écrivant des thrillers construits autour de faits historiques, de textes ou de personnages antérieurs parfaitement réels, il prend surtout un malin plaisir à jouer avec le lecteur et à l’entraîner sur de fausses pistes. Aucun répit en est un parfait exemple : les « sanctuaires à répit » ont existé et pendant des siècles, pour baptiser les enfants mort-nés, l’Église les a faits « ressusciter » sur les fonts baptismaux.

DERNIER OUVRAGE PARU

Dans Juge-arbitre, la question est « Peut-on tuer à cause d’un malheureux coup de sifflet ? » C’est ce que se demande Clément Razier devant un arbitre de handball retrouvé pendu. Quelques jours après, deux autres cadavres apparaissent, présentant le même modus operandi. Dès lors, la piste de l’erreur d’arbitrage paraît trop évidente au capitaine de police. L’enquête s’annonce d’emblée tortueuse. Elle conduira cet ancien du 36 sur des chemins imprévisibles : de La Goutte de lait, une institution cannoise qui s’occupait des filles indigentes, aux anciennes maisons de correction languedociennes, en passant par Londres, pour finir dans une crique du massif de l’Esterel, propriété d’un goéland railleur. En plus de son équipe, il pourra compter sur Alyzée, la jeune femme dont il est épris, incarcérée à la prison de Nice !

Comme dans ses précédents polars Aucun répit et Oubli interdit, Pierre Brocchi s’est appuyé, dans Juge-arbitre, sur des faits réels pour bâtir sa fiction. Professeur d’EPS à la retraite, il partage ici sa passion pour le sport tout en attirant l’attention sur ses préoccupantes dérives et ses pires excès.

Source : Lucien Souny – Crédit photo : DR