LE FESTIVAL DU LIVRE NICE

Maurice VINITZKI

Temps de lecture : 2 minutes

DERNIER OUVRAGE PARU

Face aux vagues d’antisémitisme qui ont parcouru l’Europe de la première moitié du XXe siècle – des pogroms russes aux camps de la mort allemands en passant par les rafles françaises – notre famille a dû son salut à la clairvoyance et à la perspicacité de notre père.

Contre la barbarie, nous avons trouvé refuge et réconfort dans la musique : que ce soient les cantiques au temple de la Place Sébastopol de Marseille, le concert familial du huit août 1944 devant le château de la Chômette à St Beauzire ou l’entrée comme premier violon de mon frère Marcel dans l’orchestre des Chantiers de la jeunesse. La musique était le lien familial indéfectible entre les générations Vinitzki’s. Chacun des huit enfants de Max et Khinda, nos parents, devait travailler son instrument de longues heures. C’est ainsi que j’ai baigné dans cet environnement stimulant qui représentait pour moi un univers idéal. Malgré la guerre qui m’avait fermé l’accès à l’école et au conservatoire, je suis devenu musicien. Avec mes frères et sœurs, nous apportions du bonheur autour de nous. C’était vrai pour les forces américaines dans l’immédiat après-guerre puis, pendant des décennies, pour ces grandes familles fortunées sur la Côte d’Azur. Passionnées de musique, elles se faisaient une joie de la partager avec leurs invités. Les soirées passées aux côtés de musiciens de légende comme Mstislav Rostropovitch, David Oïstrakh, Benny Goodman, Nathan Milstein, Isaac Stern et Arthur Rubinstein, ont été des instants de félicité intense restés gravés à jamais dans ma mémoire. Ces artistes hors du commun n’avaient pas de préjugés et prenaient spontanément leurs instruments pour faire le « bœuf » avec nous. La musique m’a tellement comblé qu’il était naturel que je lui rende hommage au travers de ce livre.

Source : Ovadia