LE FESTIVAL DU LIVRE NICE

Franz-Olivier GIESBERT

Temps de lecture : 2 minutes

BIOGRAPHIE

Une grande carrière de journaliste, commencée à l’âge de 18 ans, l’a conduit au Nouvel Observateur (Directeur de la rédaction, 1985-1988), au Figaro (Directeur des rédactions et membre du Directoire, 1998-2000), puis au Point, dont il a été le Directeur de 2000 à 2014. Il y publie actuellement un éditorial hebdomadaire. Il est également directeur éditorial du quotidien La Provence. Il mène parallèlement une carrière d’écrivain par ses romans et ses essais politiques. En 1992 il a obtenu le Grand Prix du roman de l’Académie française pour L’Affreux (Grasset), en 1995 le Prix Interallié pour La Souille (Grasset), en 2016 le Prix des Écrivains du Sud pour L’arracheuse de dents (Gallimard). Il est membre du jury du Prix Renaudot. Franz-Olivier Giesbert est par ailleurs un grand défenseur de la cause animale. On lui doit L’animal est une personne (Fayard, 2014), Manifeste pour les animaux (Autrement, 2014) et Rien qu’une bête (Albin Michel, 2021).

DERNIER OUVRAGE PARU

Voilà un livre de combat contre l’obscurantisme. Contre la bêtise de l’époque, contre les préjugés aussi !

Le ton insolent de Franz-Olivier Giesbert nous fait mesurer à quel point nous nous sommes habitués à la langue de bois qui nous entoure. C’est le journalisme à la française dans ce qu’il a de meilleur. Ces chroniques forment un bloc cohérent, une véritable machine de guerre que l’auteur dirige contre ses cibles favorites. Même le Président, traité avec sympathie au début du règne en a depuis pris pour son grade : velléitaire, inconséquent parfois, le prodige du nouveau monde sort esquinté du livre mais… toujours favori ! Mais l’auteur arrose large, d’Hidalgo à Hollande, de Jadot à Plenel -entre autres-, ses victimes tombent comme des mouches. D’une façon générale, tous ceux qui ne comprennent pas que la France est dans une situation périlleuse, toutes ces élites qui trop souvent se servent au lieu de servir, s’exposent à la férocité de l’auteur, qui traite de la même façon les puissants et les autres.De l’été 2017 à l’automne 2021, on retrouve ces incapables qui aspirent aujourd’hui aux plus hautes fonctions. Et on se régale !

Un drôle de voyage en politique. Et un pur moment de plaisir.

Source : Albin Michel – Crédit photo : Francesca Mantovani