LE FESTIVAL DU LIVRE NICE

Franck BIANCARELLI

Temps de lecture : 2 minutes

BIOGRAPHIE

D’abord professeur vacataire de mathématiques, Franck Biancarelli entre dans le monde de la bande dessinée avec le soutien de Christian Rossi qui lui en a appris les.

En 1997, il publie son premier album, « L’Héritier du trône », tome 1 de la série « Argyll de Maracande » (Soleil), sur un scénario de Dominique Latil. Il travaille ensuite avec Jean-Charles Gaudin sur la série « Galfalek » (Soleil). Suit le premier tome du « Livre des destins » (Soleil), série écrite par Serge Le Tendre et dont le tome 2 sera sélectionné au festival d’Angoulême.

En 2006 et 2008, il participe, entre autres, aux collectifs « Paroles de poilus » (Soleil) et « Paroles d’étoiles » (Soleil).

Ses influences s’orientent essentiellement vers les auteurs américains, en particulier Alex Toth, Gil Kane, mais également Noel Sickles, Milton Caniff, Neal Adams, Joe Kubert et plus généralement, tous les auteurs « classiques » du comics.

Contacté au début de l’année 2011 par les éditions Dargaud et par Denis Robert (journaliste, écrivain et plasticien), Franck Biancarelli entame, en 2015, « Le Circuit Mandelberg », adaptation de « Dunk » (Juillard, 2009), un des romans de Denis Robert.
En 2016, ils poursuivent leur collaboration avec la sortie de « Grand Est ».

DERNIER OUVRAGE PARU

Ce roman donne à entendre la voix d’une femme qui va commettre un meurtre. La voix d’une femme banale qui raconte l’histoire de son corps, sa chair, son sang, ses larmes, ses blessures, ses douleurs, ses jouissances, ses frénésies boulimiques et ses cicatrices invisibles. La voix d’une fille mal dans sa peau que la médecine a déclarée stérile et qui entreprend avec son mari ce chemin fait d’attente, de souffrances, d’espérances et de désillusions, d’autant plus cruelles que sans cesse renouvelées, qu’on appelle la Procréation Médicalement Assistée…

Source : Le Lombard – Crédit photo : Cécile Gabriel