LE FESTIVAL DU LIVRE NICE

Catherine SAUVAT

Temps de lecture : 2 minutes

BIOGRAPHIE

Catherine Sauvat a écrit plusieurs biographies, dont celles de Robert Walser (Le Rocher, 2002), Stefan Zweig (Folio, 2006), d’Arthur Schnitzler (Fayard, 2007), d’Alma Mahler (Payot, 2009), de Louis Moreau Gottschalk (Payot, 2011) de Rilke (Fayard, 2016), ainsi que d’un roman graphique sur l’écrivain Léopold Sacher-Masoch, L’homme à la fourrure, avec les dessins d’Anne Simon (Dargaud, 2019). Elle est également co-auteur de plusieurs documentaires.
 
 
 
 
 

DERNIER OUVRAGE PARU

De son écriture sensible, Catherine Sauvat met en scène ce moment initiatique pour nombre de jeunes écrivains, la rencontre avec leurs maîtres. Confrontations cruelles, vrais échanges, amitiés naissantes, détestations éternelles, encouragements sincères: la surprise est au bout de la rencontre.
Ils sont prêts à tout. Traverser les océans, sonner sans s’annoncer, ou faire jouer des relations, que parfois ils n’ont pas, pour un instant passé avec un écrivain qu’ils admirent. Si la plupart sont sincères, d’autres ne seraient pas contre un coup de pouce pour «  entrer en littérature  ».
L’écrivain, s’il se méfie des idolâtres, se laisse parfois déborder par de vils flatteurs. Confrontations cruelles, vrais échanges, amitiés naissantes, détestations éternelles, encouragements sincères : la surprise est au bout de la rencontre.
En s’appuyant sur les récits des protagonistes eux-mêmes, ce livre nous raconte des péripéties d’admirateurs. De Casanova visitant Voltaire à la jeune Susan Sontag allant voir Thomas Mann, les générations et les cultures se croisent, dans la ferveur littéraire.
Gide a visité Verlaine. Qui a visité Hugo. Qui a visité Chateaubriand…
Tant qu’il y aura des écrivains, leurs émules chercheront à entrouvrir leur porte. Quitte à parfois la forcer.
Une ode à la littérature.
 

Source : Fayard – Crédit photo : DR