JACQUES JULLIARD, PRÉSIDENT D’HONNEUR

Outre l’insistance de mon ami Franz-Olivier Giesbert, c’est le thème choisi par les organisateurs, « Une certaine idée de la France », qui m’a convaincu d’accepter de participer à ce Festival niçois du livre.
En effet, pour étrange que cela paraisse la France est une chose qui ne va plus de soi. Ni son histoire, ni sa géographie ne sont désormais présentes, comme il le faudrait, à la conscience de nos concitoyens, parce que pendant longtemps, l’école a presque oublié de les enseigner. Les hommes politiques eux-mêmes semblent éviter son nom, et préfèrent parler de « la société », des « territoires »… Jusqu’au Président de la République qui avait naguère affirmé que la culture française n’existe pas.
Or la France s’est construite autour d’une langue et d’une littérature : c’est à travers elles qu’elle se connait et se reconnait. D’où l’importance capitale du langage et du livre.
Célébrer le livre, œuvrer pour le livre, c’est œuvrer pour la France. C’est résister à la banalisation du monde. C’est, contre l’individualisme grandissant du monde moderne, proposer aux Français un pacte qui les fasse penser, sentir et agir ensemble.

Jacques Julliard

 

Photo © Sophie Bassouls

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *