Franz-Olivier Giesbert, directeur artistique

SOUS LE SIGNE DU CINÉMA

Cannes n’a qu’à bien se tenir : cette année, le Festival du Livre de Nice est placé sous le signe du cinéma. Trêve de plaisanterie, vous retrouverez sur nos stands tous vos écrivains favoris, les plus grands, les petits nouveaux, mais, une fois n’est pas coutume, nous avons décidé de donner un coup de chapeau à ce qu’on appelle parfois, non sans condescendance, le 7ème art (pourquoi pas le 25ème, pendant qu’on y est ?).
Qui mieux que Jean-Jacques Annaud pouvait incarner cet hommage au cinéma ? D’abord, il est le metteur en scène du « Nom de la Rose », superbe adaptation du chef d’œuvre d’Umberto Eco. Dans l’histoire, le concubinage entre la littérature et le cinéma n’a pas toujours donné que des beaux enfants, il s’en faut. Il y a même eu beaucoup de catastrophes. Le film d’Annaud qu’adorait Eco, est une réussite totale, comme l’ont été d’autres transpositions sur grand écran d’immenses romans : « Les raisins de la colère » de John Steinbeck ou « Mort à Venise » de Thomas Mann.
Le réalisateur de « L’Ours » a réussi une autre adaptation, celle de « L’Amant » de Marguerite Duras sur lequel beaucoup de « durassiens » ou durassologues n’ont rien trouvé à redire. Il lui est arrivé aussi de raconter ses propres histoires au cinéma : ainsi « Deux frères » ou « Stalingrad. » Sans parler de tous ses blockbusters internationaux. En somme, Jean-Jacques Annaud était tout désigné pour devenir le président de notre Festival du Livre 2019.
Bon Festival !

Franz-Olivier Giesbert

Photo © Francesca Mantovani/Gallimard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *