Thème 2019 : Le Cinéma

Un rendez-vous du livre qui fera date. Car, cette année, pour fêter le centenaire des mythiques studios de la Victorine, et pour accompagner l’élan que leur redonne à cette occasion la Ville de Nice, le Festival a choisi pour thème le cinéma. Alors faites-vous votre propre scénario.                                                      Que vous aimiez les comédies ou les drames, le fantastique, l’horreur ou la science-fiction ; que vous soyez passionnés d’histoire, de batailles, de grands personnages, de civilisations ou que seuls les thrillers vous tiennent en haleine, les livres vous offrent le plus beau des programmes. Une foule de romans, de BD, de biographies, de récits historiques ou de voyage, d’ouvrages de philosophie, de recueils de poésie, d’essais politiques ou scientifiques, des réflexions sur les faits de société, de témoignages people, vous attendent avec leurs auteurs. Vous ne serez pas déçus !

Plus de 200 écrivains (romanciers, essayistes, poètes, historiens, polémistes, politiques, célébrités) se retrouvent à Nice cette année sous la présidence du cinéaste Jean-Jacques Annaud. Rencontres et dédicaces, lectures, concert, animations, découvertes. Et toujours de passionnants débats. C’est parti pour les trois jours du beau printemps à Nice. Moteur !

Le Cinéma

Avec les studios de la Victorine créés en 1919, Nice a toute une histoire avec le cinéma. Depuis l’époque du muet, les lieux ont accueilli le tournage des plus grands films. Carné y a réalisé Les visiteurs du soir et Les enfants du Paradis. René Clément, Jeux interdits. Roger Vadim, Et Dieu créa la femme… Jacques Tati, Mon oncle. Christian-Jacques, La tulipe noire. Jean Giraud, Le gendarme de Saint-Tropez. Georges Lautner, Flic ou voyou. La liste est longue et prestigieuse.

Le Festival du livre se devait de fêter dignement l’anniversaire du « Hollywood français ». D’autant que la Ville lui offre un tout nouvel essor. Mais le Festival a part liée avec le 7e art depuis toujours. Ses premières éditions n’étaient-elles pas clairement intitulées « Festival du Livre et de l’Adaptation TV et cinéma » ? Les liens sont permanents. A la base du scénario d’un film on trouve presque toujours un livre. « Un objet rectangulaire, trois-cent-vingt pages brochées, on appelle ça un livre », disait François Truffaut (qui tourna La nuit américaine à la Victorine en 1973). Et si l’on fait des films avec des livres, vous le savez aussi, le cinéma donne sacrément envie de lire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *