Le Prix Nice Baie des Anges 2018

La vingt-troisième édition du prix Nice Baie des Anges a couronné Jean Siccardi pour son roman «L’auberge du gué» publié aux éditions Calmann-Lévy. Le jury a distingué cet ouvrage parmi huit romans en lice. La lauréate succède à Barbara Israël (Saint Salopard – Flammarion).

Présidé par Franz-Olivier Giesbert, le jury réunissait Paule Constant, Irène Frain, Aurélie de Gubernatis, Didier van Cauwelaert, Laurent Seksik, Jean-Luc Gag (Conseiller municipal délégué au patrimoine historique, à la littérature, à la lutte contre l’illettrisme, au théâtre, et à la langue niçoise) et Nicolas Galup (rédacteur en chef d’Azur TV). Sélectionné par des écrivains et par des journalistes d’Azur TV, un jury populaire de dix lecteurs, amoureux des livres et des mots, a été associé aux délibérations.

Le prix Nice Baie des Anges sera remis à Jean Siccardi, par Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le vendredi 1er juin, lors de l’inauguration du Festival du livre.

Résumé : Les aventures d’un jeune alpin qui devra faire un choix crucial face au cataclysme de 14-18. En Provence, vers 1900. Antoine Rabuis est le treizième rejeton d’une famille de miséreux. Son père, alcoolique et brutal, l’abandonne à un couple de paysans aisés en mal d’enfant, les Bertrand. Chéri comme un don du ciel, bientôt officiellement adopté, le garçon prend le nom de ses nouveaux parents et se fait prénommer Noël. Doux, intelligent, serviable, Noël Bertrand remercie chaque jour la Providence de sa générosité. Pourtant doué pour les études et promis à un brillant avenir, il préfère rester à la ferme, au milieu d’une campagne qui l’enchante, auprès de ses nouveaux parents qu’il vénère par-dessus tout. Malheureusement la guerre éclate. Comme tous les hommes de son âge, Noël est appelé sous les drapeaux. Mais comment courir au massacre quand on a appris à aimer passionnément la vie et ses plaisirs ? Pour Noël, la question de la désertion se pose alors…

Pour Didier van Cauwelaert, membre du jury (présidé par Franz-Olivier Giesbert) qui a soutenu ce livre dès l’origine : « C’est le couronnement de la carrière d’un écrivain toujours plébiscité par le public mais souvent ignoré par la critique, qui sait concilier dans son style foisonnant, l’authenticité, la lucidité et la bienveillance ».

L’auteur : Homme des montagnes du sud, auteur de soixante-dix ouvrages dans les genres les plus variés (jeunesse, théâtre, littérature etc.), il est en 1972, à l’origine du développement des ateliers d’écriture dans les zones défavorisées. Jean Siccardi excelle à évoquer son pays à rebours de certaines idées reçues : loin du farniente et de la dolce vita, une terre de rigueur et de passion.


Depuis sa création en 1996, à l’initiative de la Ville de Nice, ce prix littéraire a couronné les romanciers : Patrick Renaudot, Raoul Mille, Franz-Olivier Giesbert, Gérard de Cortanze, Claude Imbert, Jean-Noël Pancrazi, Paula Jacques, Vénus Khoury-Ghata, Richard Millet, Eric Fottorino, Jean-Paul Enthoven, Didier Van Cauwelaert, Saphia Azzeddine/René Frégni, Daniel Cordier, Laurent Seksik, Aurélie Hustin de Gubernatis, Romain Slocombe, Valérie Tong Cuong, Jérôme Garcin, Akli Tadjer et Barbara Israël.

Photo Jean Siccardi © G. Mathieu/Opale/Leemage/Calmann-Lévy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *