La Méditerranée à l’honneur

En face, au sud, l’Afrique avec le grand Maghreb, à l’ouest l’Espagne, de la côte catalane jusqu’à l’Andalousie. Vers l’est, l’Italie, les Balkans et la Grèce. Plus loin la Turquie, le Proche-Orient, l’Egypte. Et partout, semées dans la mer, les îles. Nice, dans la baie des Anges, est une vigie sur la Méditerranée. Un point de départ et d’arrivée, une ville qui embrasse l’immensité de ce fabuleux creuset d’hommes, de cultures. Et de civilisations : celles des Mésopotamiens, des Perses, des Phéniciens, des Egyptiens, des Carthaginois, des Berbères, des Grecs et des Romains. Mare medi terra, disaient justement ces derniers, mare nostrum, une mer au milieu des terres, notre mer… Sur son pourtour se sont levées tous les humanismes qui nous ont façonnés. « La Méditerranée, disait Paul Valéry, est une fabrique de civilisations ». Et, ce vrai Niçois – puisque le poète fût nommé en 1933 à la tête du prestigieux Centre Universitaire Méditerranéen de la ville jusqu’à ce que les nazis l’en délogent – ajoutait : « Ce sont les Méditerranéens qui ont fait les premiers pas certains dans la voie de la précision des méthodes, dans la recherche de la nécessité des phénomènes par l’usage délibéré des puissances de l’esprit, et qui ont engagé le genre humain dans cette manière d’aventure extraordinaire que nous vivons. » Placer le Festival du Livre de Nice, cette année, sous la bannière bleue de la Méditerranée, c’est s’ouvrir à l’Histoire et aux histoires, au monde et aux mondes, à toute la littérature et à toutes les littératures. De très nombreux écrivains mettent le cap avec vous pour une belle croisière à travers les pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *