Franz-Olivier Giesbert, directeur artistique

 

FOG 2015Nice, capitale de la culture 2015  Chaque année, à l’approche de l’été, Nice devient la capitale littéraire et intellectuelle de la France, j’allais dire de l’Europe. C’est logique. Il y a comme un vieux concubinage entre Nice et la littérature. Ici, on respire jour et nuit l’air qui a si bien réussi à Guillaume Apollinaire, Nicolas Gogol, Anton Tchékhov, Romain Gary, James Joyce, Joseph Kessel, Max Gallo J-M.G. Le Clézio, Didier Van Cauwelaert et à tant d’autres. Il suffit de marcher dans la ville pour retrouver partout les mannes de Nietzsche, notamment au 26, rue Saint François de Paule où il séjourna. Un jour, dans une lettre à un ami, le philosophe rendit cet hommage à Nice : « Je n’aurais pas pu composer ailleurs que sur cette côte, la patrie de la gaya scienza, les derniers versets de mon Zarathoustra. »

Aurait-on pu créer ailleurs un événement comme le Festival du Livre qui, sous le signe du partage et de la tolérance, réunit des auteurs de toutes obédiences, venus de tant d’horizons ? Pas si sûr. Arrimée à sa sublime Coulée verte, une des merveilles du monde, Nice prouve tous les ans, avec cette fête des plaisirs et des savoirs, qu’elle est une ville ouverte aux vents du large.

Pour cette édition, sous la présidence de Françoise Chandernagor, auteur d’un superbe « Vie de Jude, frère de Jésus », nous tenterons de tirer quelques leçons de vie avec des grands débats, notamment celui que tout le monde attendait : entre Michel Onfray et Eric Zemmour.

Bon Festival !

Franz-Olivier Giesbert

Photo © C. Hélie/Gallimard